Je tiens tout d’abord à souhaiter à chacun d’entre vous une excellente année 2016

9 janvier 2016

Je tiens tout d’abord à souhaiter à chacun d’entre vous une excellente année 2016, une année de bonne santé, une année de réussite dans vos projets, une année amoureuse, une année de plaisir et de bonheur…

Cette traditionnelle cérémonie des vœux ne sera pas tout à fait traditionnelle.

Bien sûr, j’aurais pu vous parler de nos réalisations municipales en 2015, de l’assainissement du gué, du sol du gymnase ou des travaux dans les écoles, au château ou des courts de tennis rénovés, et c’est important car cela structure notre vie au village…

Bien sûr, j’aurais pu vous parler des élections de cette année dernière et vous dire toute ma vigilance sur les actions du Conseil départemental de l’Essonne et de la Région Île-de-France, tous deux passés de gauche à droite dans cette année…

Bien sûr, je pourrais également vous dire ma colère et ma déception, même si j’en comprends les raisons, de l’abstention massive lors de ces deux échéances et du vote trop important en faveur de ceux qui prônent la division et la haine alors même que nous avons justement besoin de rassemblement et de solidarité…

Bien sûr, je pourrais longuement vous dire l’espoir que nous portons dans la création de notre nouvelle agglomération, il y a quelques jours, la Communauté Paris-Saclay qui regroupe 27 communes et portera des projets de développement économique et de préservation de notre qualité de vie…

Bien sûr, je pourrais vous parler comme je le fais chaque année de nos projets pour 2016 avec la réfection du chemin du Moulin, la route de Briis, les vestiaires des stades ou le lancement de notre projet sur la Place de la République…

Bien sûr, j’aurais pu vous parler de notre travail au quotidien, à vos cotés, aux cotés des associations, nombreuses, pour faire vivre ce village que nous aimons tant et vous dire tout le boulot accompli par les services municipaux sous la houlette de Karine Gonsse et de toute son équipe avec efficacité et rigueur…

Mais… Cette traditionnelle cérémonie des vœux ne sera pas tout à fait traditionnelle.

D’abord parce qu’il faut parfois bousculer les traditions, même les bonnes, car il y en a de mauvaises…

Mais surtout parce que les attentats de 2015 ont délibérément visé, notre mode de vie, nos valeurs fondamentales de liberté d’expression et de laïcité, notre jeunesse, notre pays et ce qu’il représente de par le Monde, notre plaisir à aller au stade, au concert, à écoute de la musique, à boire un coup en terrasse entre copains…

Pour tout cela nous avons décidé de transformer ces voeux en concert et en poésie et je remercie tous les artistes de ce soir élèves, professeurs et autres d’avoir répondu présent pour ce concert éclectique et poétique. Merci aussi aux agents de la salle Jean-Montaru de cette soirée particulière qui réclame, je le sais, beaucoup de travail.

Parce que la meilleure réponse à ces attaques consiste justement à continuer à vivre !

A continuer à aller au stade, à continuer à fréquenter les salles de concert, les restaurants, à boire un coup avec les copains, à rire… oui à rire, à chanter, à s’émouvoir.

2015 a été une année horrible, prise en étau entre les attentats de janvier et ceux de novembre. Entre le lâche assassinat de Charlie-Hebdo dont je parlais ici-même l’an passé et la terrible soirée du 13 novembre.

Une année horrible sur toute la planète et les mêmes fous ont assassiné au Cameroun dès le 2 janvier et puis au Nigéria, en Arabie-Saoudite, au Yémen, en France, au Nigéria encore, en Somalie, en Libye, en Egypte, au Pakistan, en Irak, en Syrie, au Danemark, en Afghanistan, au Mali, en Tunisie, au Kenya avec 150 morts dans une université, au Koweit, aux Etats-Unis, en Turquie, en Thaïlande, au Liban, au Bangladesh… la liste est longue hélas. Mais ce n’est pas un hasard si la France a elle-aussi été si durement touchée et attaquée…

Ce n’est pas un hasard si les attentats ici sur notre sol frappent davantage l’opinion mondiale. Non pas que les morts sur le sol français aient une valeur plus importante que ceux du Moyen-Orient ou d’Afrique. Mais parce que la France, notre pays n’est pas un pays ordinaire dans l’opinion mondiale.

Parce que la France est le pays de la Grande Révolution.

Parce que la France est le pays de la déclaration des Droits de l’Homme.

Parce que la France est le pays de la République.

Parce que Liberté, Egalité, Fraternité sont trois mots qui ne sont pas seulement la devise française mais plutôt une devise universelle dans laquelle tous les progressistes de la planète se retrouvent.

Parce que notre pays, notre Nation, par son histoire singulière est un symbole. Parce que notre drapeau représente davantage qu’un nationalisme étriqué de repli sur soi.

C’est par l’universalité des valeurs républicaines que nous représentons aux yeux du Monde, bien plus qu’un pays sur la carte.

Entendons nous bien, cela ne fait pas de nous le centre du Monde, mais notre histoire nous oblige, nous conduit à symboliser ce triptyque républicain qui nous rassemble aujourd’hui.

Ne confondons pas nationalisme et patriotisme.

Ne confondons pas le rejet de l’autre et l’humanisme de notre République !

Oui j’aime le Bleu Blanc Rouge de notre drapeau par Ce qu’il représente.

Oui je chante la marseillaise et je sais que le sang impur dont il y est question n’est pas celui de l’étranger mais celui, du citoyen qui coule contre le pur, contre le bleu de l’époque, de l’oppresseur, du dictateur, du tyran.

Alors faudrait il que nous abandonnions ces valeurs et ces symboles justement à ceux qui en sont les pires ennemis et les plus mauvais représentants ? Jamais !

Faudrait il que nous nous excusions d’être des amoureux de la République et des valeurs qu’elle porte ? Jamais

Faudrait-il que nous mettions notre drapeau dans nos poches parce que des imposteurs intolérants et racistes se sont arrogé le droit de le mettre sur leurs affiches ? Jamais !

Faudrait-il leur abandonner le mot même de Laïcité dont ils se parent pour cacher leur racisme et leur xénophobie alors même que la Laïcité est précisément une valeur de liberté, de tolérance ? Jamais !

Oui j’aime la France, celle de Voltaire et de Montesquieu, celle de Robespierre et de St Just – le vrai –

Celle de Hugo et de Louise Michel, Celle de Zola et de Dreyfus

Celle de Marie Curie et des frères Lumière, Celle de Blum et de Jaurès, Celle de de Gaulle et de Germaine Tillon

Celle de Duras et de Lucie Aubrac,

Celle de René Char et d’Aimé Césaire,

Celle de Ferrat et d’Abd al Malik,

Celle de Bérégovoy et de Simone Veil,

Celle de Camus et de Barbara,

Celle de Cabu et de Cavanna !

Oui j’aime la France parce qu’elle est ce signal au monde entier !

Et j’aime aussi la France parce que son Bleu – Blanc – Rouge est celui de nos services publics, comme le dit Patrick Pelloux.

Ce soir là du 13 novembre devant le Bataclan en larmes, le Bleu était celui des forces de Police et de Gendarmerie, ceux là même qui au péril de leurs vies interviennent pour protéger la république et affronter ces fanatiques suicidaires.

Le blanc était celui des blouses des médecins et des infirmières si présents, si réactifs dans ce contexte de guerre et d’armes lourdes.

Le Rouge était celui terrible du sang sur ces blouses mais aussi celui, salvateur des camions des pompiers fortement engagés sur ces évènements et notamment les pompiers volontaires de Marcoussis appelés en renfort.

Bleu, Blanc, Rouge… les belles couleurs d’un service public protecteur et professionnel. Et c’est aussi cela la France.

Mais j’aime aussi la France lorsqu’elle est capable d’organiser une réunion de tous les pays de notre planète et de parvenir pour la première fois à un accord international pour ralentir le réchauffement planétaire… Alors bien sûr les adeptes de la bouteille à moitié vide diront toujours que ça ne suffit pas, qu’on devrait plus et plus vite… mais je dis que là encore le signal qui est envoyé au Monde, de France justement, quelques jours seulement après ces attentats est un message universel.

Enfin et j’en terminerai par là. La France est le pays de la Laïcité. Cette notion est universelle et pourtant elle est aussi bien française. A tel point que dans certaines langues il n’existe même pas de mot pour la traduire.

Trop longtemps, nous élus de la République, nous enseignants, nous citoyens, nous avons boudé la laïcité comme si elle était acquise pour toujours ou comme si elle était ringardisée car datant de 1905. C’est notre mission collective de reprendre ce flambeau, d’expliquer que la Laïcité c’est la tolérance, c’est la possibilité de pour chacun de croire ou de ne pas croire, dans sa vie privée, dans son intime, sans chercher à imposer à l’autre une croyance ou une non-croyance, sans en faire de démonstration.

La France n’en déplaise aux adeptes de la manif pour tous qui sont surtout capables de manifester contre le droit des autres, ce qui est un comble, n’est pas un pays chrétien : c’est un pays laïc et c’est incroyablement moderne !

Si la planète entière était laïque, on éviterait bien des conflits, bien des assassinats et bien des injustices. C’est un combat, que nous nous devons reprendre dans le respect de chacun.

Laïcité, Liberté, Egalité…

L’Egalité, comme le disait François Mitterrand dont on commémorera le centième anniversaire cette année, « L’Egalité n’est jamais acquise, c’est toujours un combat ! »

Laïcité, Liberté, Egalité, Fraternité…

Vous voyez je ne vous ai pas parlé de la place de la République celle qui est à coté de la mairie et que nous allons rénover prochainement…

mais plutôt de la place de la République, sa juste place, en chacun d’entre nous, rassemblés autour de ces valeurs…

La fraternité, ce soir, c’est dans ce concert qu’elle s’exprime et dans la convivialité de la soirée autour d’un verre.

Dans la programmation de ce soir, il y a des surprises, des poésies, des compositions, des créations de notre jeunesse, mais il y a aussi, c’est la force du symbole, des morceaux du groupe « eagles of death métal », il nous a semblé important et fort que leur musique soit jouée ici en hommage à tous ceux qui sont morts en les écoutant, fauchés dans une soirée douce d’un automne qui n’en finissait pas, fauchés souvent dans la force de leur jeunesse, la main dans celle de leur amoureux…

En écoutant ce morceau qu’ils jouaient lorsque les fous sont entrés au Bataclan, ayons une pensée pour cette soirée là du 13 novembre et disons nous que la quiétude, la musique, la culture, la fraternité, sont les plus forts et que rien ne peut nous abattre

lorsque nous sommes faits d’émotions…

Lorsque nous préférons la Beauté et la culture à la barbarie et à l’ignorance

René char disait cela :

« Beauté,

Ma toute droite, par des routes si ladres,

A l’étape des lampes et du courage clos.

Que je me glace et que tu sois ma femme de décembre.

Ma vie future, c’est ton visage quand tu dors ! »